Pauline Poinsier. Il était une fois la presse privée au Cameroun

Pauline Poinsier Manynga

Elle s’appelait Pauline Poinsier. L’une des toutes premières plumes féminines de la presse privée au Cameroun s’en est allée.

Par une extraordinaire pénurie de mots justes qui sévissait  au début  des années 90, tous les titres de la presse privée paraissant à Douala étaient affublés d’être une presse de l’opposition. C’était l’époque des villes mortes et l’irruption dans le quotidien des « Cartons rouges ».

Au moment où les commandements opérationnels rythmaient le quotidien de la capitale économique, Douala avait gagné son surnom de « ville rebelle » ou  « ville frondeuse ». Avec raison cependant puisque l’armée à cette période ne se faisait pas chiche des coups de matraques. Alors que la ville revendiquait une conférence nationale souveraine, le vieux Samuel Eboua, l’avocat Charles Tchoungang, le non moins vieux Gustave Essaka, l’ingénieur Jean-Jacques Ekindi avaient eu à la place une fessée nationale souveraine.

Pauline était avec nous…

En dépit de  cette furia d’Etat, Pauline Poinsier avait maintenu sa position et raffermi ses convictions de contestataire. Elle était alors chroniqueur à Challenge hebdo. Elle se faisait le devoir de couvrir tous les meetings du SDF, de l’UNDP et de l’UPC. Elle était aussi  présente aux grandes réunions politiques à Akwa, au siège du MP d’Ekindi qui venait de démissionner avec fracas du RDPC. Et à ceux du MNSD de Yondo Black, le bâtonnier.

A ces réunions, elle ne manquait pas de rencontrer de brillants sujets comme Célestin Monga arborant ses casquettes de grand banquier et de journaliste indocile. Tout à côté, le vieux Frédéric Augustin Kodock de l’UPC, ou le fringuant  Grégoire Owona, qui n’était encore que simple activiste dans les manifestations de l’opposition à Douala. Ils finiront tous deux ministres au gouvernement.

Le fait d’avoir été la seule à se mêler d’un métier aussi ingrat que la presse privée, elle en était davantage séduisante de par son courage, et charmante de par son tempérament. On le lui a plutôt bien rendu. Elle avait émergé à l’époque où on disait qu’un journaliste ne valait que son carnet d’adresses. Dieu sait que Pauline en avait un !

Opportuniste, du zèle pour sa passion

Opportuniste, la journaliste Pauline Poinsier pouvait s’inviter aux endroits les plus inattendus de Yaoundé. Elle y rencontrait le pilote personnel du Président, le Colonel Ze Eyang, lequel avait une villa aux abords du Palais présidentiel à Etoudi ou elle s’imposait un détour chez Ava’a Ava’a.

L’intrépide  avait aussi ses fréquentations chez une bonne brochette d’autres ministres. Garga Haman Adji,  Bello Bouba ou Henri Bandolo que Pauline Poinsier travaillait activement à pour une information livrable.

Elle a pu tirer les journalistes de bien de situations délicates, grâce justement à son carnet d’adresses. Car à cet époque, le Cameroun était un royaume de l’information interdite. La rumeur seule y règnait. Pauline Poinsier pouvait aider à recouper l’information pointue, même lorsque elle s’était perdue dans la fange de la rumeur.

François LASIER

Suivez et Aimez notre page SVP
0

Saimondy

Journaliste, Écrivain, Auteur et Compositeur.

Saimondy has 50 posts and counting. See all posts by Saimondy

4 pensées sur “Pauline Poinsier. Il était une fois la presse privée au Cameroun

  • 28 novembre 2018 à 14 h 03 min
    Permalink

    Hi to every one, the contents present at this website are genuinely awesome for people knowledge, well, keep up the good work
    fellows.

  • 12 avril 2019 à 13 h 59 min
    Permalink

    Hi, i think that i saw you visited my weblog so i came to “return the favor”.I’m attempting to find things to enhance my site!I suppose its ok to use some of your
    ideas!!

  • 16 avril 2019 à 2 h 43 min
    Permalink

    Why viewers still make use of to read news papers when in this technological globe all is existing on web?

  • 19 avril 2019 à 8 h 18 min
    Permalink

    Very good article! We are linking to this particularly
    great article on our site. Keep up the good writing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *