Voici pourquoi les hommes meurent plus tôt que les femmes en Afrique

Femme seule sur un banc public

Dans notre société actuelle, force est de constater que les hommes meurent plus tôt que les femmes. Une analyse objective de nos sociétés africaines, traditionnelles et modernes, nous a amené à comprendre certaines causes de ce phénomène. Selon certains chercheurs, le taux de décès des hommes est plus élevé que celui de la femme en Afrique et même dans le monde. Et toujours en nette croissance. Une des causes établies de cette recrudescence serait l’instabilité financière de la femme.




Dans nos mœurs africaines, l’homme est le chef de famille et la femme la maitresse de maison. En cela, tout le poids financier de la famille est placé sur le mari. On fait allusion ici au loyer à payer, aux factures d’eau et d’électricité à régler, à la ration alimentaire à fournir, à la scolarisation des enfants à assurer, parfois à la prise en charge de la belle-famille, jusqu’aux besoins primaires de sa compagne. L’homme va jusqu’à acheter à certaines des serviettes hygiéniques, voire une simple allumette pour préparer un repas. Toutes ces charges financières ont sûrement un impact négatif sur la santé psychologique et matérielle de l’homme qui ne va cesser de stresser pour continuer à assumer ses responsabilités. Il lui arrive même de se sentir impuissant et inutile lorsqu’il n’a pas ou plus d’argent. Car sa famille, elle, ne cesse pas d’en redemander.

Pour en rajouter au niveau émotionnel, la femme par naïveté ou par inconscience peut éventuellement tuer à petits feux son partenaire. On prendra ici par exemple une femme qui ne sait pas annoncer de nouvelles tristes au téléphone ou encore qui ne sait pas câliner son partenaire pour le déstresser à un moment. Il y en a même qui parviennent encore avec tout ce stress, après tout ce don de soi, à repousser le conjoint chaque fois que ce dernier essaie d’avoir du réconfort auprès d’elles ou de se connecter sexuellement et émotionnellement à elles.

Des hommes jaloux et orgueilleux

La fierté masculine n’arrange en rien la situation. En effet, il est bien connu que tout être humain aime se sentir utile. Seulement, certains hommes deviennent de véritables mâles dominants avec une partenaire entièrement dépendante financièrement d’eux. Parfois pourtant, ils sont ceux ayant exigé à celle-ci qui se démerdait et ramenait un peu de finances à la maison, de cesser son activité pour se concentrer au foyer. D’être ou de redevenir celle qui tend la main à chaque besoin.




C’est ainsi que dans certains pays moins développés, le meilleur beau-frère ou beau-fils, est un homme qui sait dépenser sans compter pour sa belle-famille. Les hommes sont des fois des victimes consentantes de cette torture matérielle et physique de leur corps pour plaire à la belle famille ou à leur partenaire.

Toutefois, leur « arrogance » ne s’arrête pas là. Il y a des hommes qui ne se confient jamais à leur partenaire sur leur réel état de santé psychologique. Ceci va plus loin dans nos mœurs : un homme préférait dire à sa partenaire qu’il souffre des mal de tête mais pas de mal de poche, encore moins de jaunisse. Ou encore refusera-t-il de se faire ausculter par un docteur en jupon tout simplement parce que se confier sur sa santé à une dame, peu importe qu’elle soit là pour soigner ou pour écouter, est une grosse faiblesse. Il aura l’impression de perdre sa virilité : le cas de l’éjaculation précoce, d’impuissance ou de non fertilité, etc. Un silence qui va détériorer petit à petit sa santé et va le conduire à la mort.




Plus de 60% de l’économie des pays d’Afrique vient de l’informel. De ce fait, de nombreux hommes sont fermiers, agriculteurs, casseurs de pierres, etc. Sans l’appui du gouvernement à aider avec des machines adéquates ou les finances pour une production industrielle, les hommes ne comptent que sur leur force physique et leur santé pour arriver à bout des tâches difficiles. A l’instar de la maçonnerie ou de la menuiserie. Dans le cadre de l’agriculture, il faut abattre de grands arbres et user ses mains en se servant de la machette ou de la houe. Comme si cela ne suffisait pas, dans la nuit, un homme en couple doit dépenser un autre type d’énergie lorsqu’il doit se satisfaire et satisfaire sa partenaire sexuellement.

C’est au vu de toute cette analyse que beaucoup pointent du doigt l’effort physique employé par l’homme durant une bonne partie de sa vie au profit de la femme, les enfants et les familles. Mais encore plus le mauvais entretien de sa partenaire, comme véritables causes de son départ sur cette terre avant la femme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *