Cameroun : critique facile dun art par les contestataires de tout

Ministère des arts et de la culture, Yaoundé

Critique sur critique, le buzz qui a  eu lieu depuis ce 27.décembre 2021 au Cameroun relatif à la décoration des aéroports a permis de voir jusqu’où il est facile pour certains de renvoyer au bas etage, d’un revers de la main, la créativité.




L’art est une donnée qui est essentiellement du ressenti, de l’émotion personnelle. Des choses qui ne s’y discutent pas sont connues : les couleurs, les goûts, les opinions. Certes qu’on a le droit de ne pas être d’accord, de faire la critique d’attirer l’attention. Encore plus lorsqu’il s’agit d’un bien public et d’une dépense publique. Toutefois cette critique ne doit pas être si aisée.

De grâce, l’être réfléchi ne pose pas son opinion sur tout, au risque de s’en mordre les doigts. Dire qu’une œuvre d’art n’est pas appropriée à tel milieu ou à tel événement est différent de poser son.opinion sur la qualité de l’artiste, voir sur la beauté intrinsèque à l’œuvre en question.

inconsciente critique

Aussi, il m’est difficile de laisser passer les mots ,les attitudes et le ton, voire la manière avec laquelle certains ont vite fait de mettre l’auteur et son oeuvre de décoration à la place publique pour lapidation. Cette indignation qui ne.nous gagne que pour faire du mal et pour frustrer les vies, campés dans des positions de donneurs de.lecons.doir cesser. On.ne juge pas aussi facilement une œuvrede l’esprit et son auteur.




S’il était demandé aux Camerounais, chacun de faire la décoration d’un seul aéroport, voire seulement de son entrée,  le.nombre de propositions des plus géniaux au plus incongrues que l’on récolterait serviraient de belles leçons aux critiques de tout. Pour rappel, il y a des tableaux de peintres inconnus qui nous paraissent nuls mais qui pourtant ont une valeur marchande de dizaines de millions de nos francs.

C’est aussi cela le mystère derrière les arts. Pour beaucoup, l’art ne doit pourtant sa valeur qu’a l’émotion quelle suscite et à la considération de son contemplateur, celui en face ou à ses côtés, et selon l’éducation de qui la contemple, l’écoute, lit… ou la déteste.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.